Forum en marge de la Cop21

Forum de la Société Civile Francophone en marge de la Cop21

Introduction

Depuis plus de trois décennies, des rencontres majeures se déroulent sur la scène internationale pour attirer l’attention sur la nécessité de protéger les ressources de l’environnement par une exploitation écologiquement rationnelle pour en assurer la durabilité.

Ce sont, entre autres, la conférence de Stockholm en 1972 (création du Programme des Nations unies pour l’Environnement), celle de Rio en 1992 (Agenda 21, Environnement/Développement, Rapport Burndland) ou la Conférence de Johannesburg en 2002 (Plan d’Action Mondial pour le Développement durable).

Parallèlement, d’autres exercices de planification stratégique de développement économique et social (Programme d’ajustement structurel, Document stratégique de réduction de la pauvreté) sont menés pour trouver les voies et moyens d’une croissance économique convenable pour les pays en voie de développement, majoritaires sur la planète.

Or, le constat de la situation environnementale de la planète, après plus de 35 ans (une génération complète) de prise de conscience et d’alerte, est préoccupant avec l’intensité des catastrophes climatiques, naturelles, des pollutions, nuisances et autres types de dégradations de l’environnement. Beaucoup de défis environnementaux que nous avons en face de nous et qu’il faut absolument relever pour prétendre s’assurer de la survie de l’humanité.

Pourtant, la dynamique mondiale enclenchée depuis 1972 a régulièrement posé des actions concrètes (Accords multilatéraux pour l’environnement ; AME) pour trouver les moyens de protéger les ressources.

Les Accords Multilatéraux pour l’Environnement sont relativement nombreux, mais les plus connus sont ceux issus des négociations de Rio (La Convention sur les changements climatiques et son Protocole de Kyoto, La Convention sur la lutte contre la désertification – CLD –, La Convention sur la diversité biologique – CDB – et la Convention sur les produits chimiques dangereux) qui ont mis en exergue la nécessité d’intégrer les préoccupations économiques, environnementales et sociales pour assurer un développement durable. Il a donc été régulièrement démontré, que le développement durable a besoin de ressources naturelles, disponibles en quantité et en qualité, de manière permanente pour asseoir une croissance économique soutenable, qui doit être la base de l’épanouissement socioculturel des populations, qu’elles soient des pays développés ou en développement.

La Francophonie, partie prenante de ce groupe d’acteurs, s’est inscrite dans cette mouvance internationale pour entreprendre des actions devant contribuer aux solutions des défis environnementaux, économiques et sociaux à relever.

La réduction de la pauvreté et le développement durable demeurent ses priorités fondamentales. Une bonne partie des 1.3 milliards d’habitants de notre planète (environ 20% de la population mondiale) n’ayant pas accès à l’électricité vivent dans les pays francophones du Sud. Il faut en conséquence les accompagner dans la définition et la mise en œuvre de politiques énergétiques de nature à leur permettre de rencontrer les objectifs de développement durables pour lesquels leurs pays se sont engagés.

La solidarité francophone a permis la formation et la mise à disposition d’une expertise avérée dans ces domaines prioritaires pour nos pays en développement grâce aux performances de l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD), outil unique francophone de création et de renforcement de capacités techniques et scientifiques dans les domaines du développement durable.

L’Institut, vise, par les activités qu’il mène, en appui aux pays membres de l’OIF, à contribuer à la création d’une offre de nouveaux services énergétiques et à la solvabilité de la demande de ces mêmes services, donc à l’émergence d’un marché, qui peut être soutenu par les institutions nationales ou régionales dédiées au développement.

Aussi la mise en œuvre de la Stratégie économique de la Francophonie pour ses gouvernements membres va être une opportunité majeure pour nos populations, femmes et jeunes, en particulier, de créer et de dynamiser une économie nationale et régionale francophone basée sur les compétences sûres susceptibles de générer des richesses de façon durable.

C’est ainsi que les objectifs du programme de l’OIF/IFDD « Utilisation Durable de l’Energie » se confondent avec ceux définis par le « Projet  Énergie durable pour Tous » des Nations Unies pour la réduction de la pauvreté et le développement durable.

 

Partager :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close