Evènement parallèle du Réseau des femmes de l’APF à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies

Aujourd’hui, des pays interdisent encore ou restreignent l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive, soit par la loi, soit en ne mettant pas en place les moyens suffisants pour que ces services soient efficaces et efficients. Des pressions et des menaces s’exercent sur les femmes, sur les professionnel.le.s de santé, mais aussi sur des personnes ou des couples en raison de leur genre ou de leur orientation sexuelle. Cela engendre de fortes inégalités d’accès aux droits et aux services et des discriminations entre les personnes.

« L’accès aux droits sexuels et reproductifs : obstacles, réglementations et bonnes pratiques»

Or, la question du respect des droits fondamentaux des femmes et des jeunes filles est au cœur des priorités de la Francophonie.  En octobre 2018, lors du Sommet de Francophonie, une stratégie pour la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, des droits et de l’autonomisation des femmes et des filles a d’ailleurs été adoptée en ce sens.  Dans cette stratégie, les pays francophones se sont engagées a « Assurer l’accès de toutes et tous aux soins de santé sexuelle et reproductive, faire en sorte que chacune et chacun puisse exercer ses droits reproductifs, conformément aux obligations internationales des États et gouvernements, et assurer la lutte contre les violences sexuelles et celles fondées sur le genre ».

Dans ce cadre, le Réseau des femmes parlementaires organise cet événement afin de rendre visible la fragilité des droits sexuels et reproductifs  de certaines populations francophones. Par ailleurs, au-delà de ces constats et de l’identification des freins et des discriminations à l’œuvre, cet espace de partage aura pour objectif de mettre en avant des dynamiques permettant de faire progresser l’accès de tous et toutes à ces droits universels.

Au cours de cet événement il a été abordé également quelques problématiques spécifiques liés à l’accès aux services de santé reproductive pour les jeunes filles et les populations précarisées pour lesquelles une attention toute particulière doit être accordée.

Partager :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close